Afghanistan : ce que l'on sait du séisme dévastateur qui a fait au moins un millier de morts

il y a 2 semaines 28

Le bilan pourrait continuer de s'alourdir, selon le gouvernement afghan. Le pays, désormais dirigé par les talibans, a besoin d'une aide d'urgence.

Un drame humanitaire. Au moins un millier de personnes sont mortes et 1 500 autres ont été blessées, dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 juin, dans un puissant séisme en Afghanistan. Le tremblement de terre a frappé une zone frontalière isolée du sud-est du pays. Franceinfo résume ce qu'il faut savoir de cette catastrophe.

Où s'est produit le séisme ?

D'une magnitude de 5,9, il est survenu à une profondeur de 10 km vers 1h30 du matin, mercredi 22 juin, dans le sud-est de l'Afghanistan, tout près de la frontière avec le Pakistan, selon l'Institut sismologique américain (USGS). Les provinces de Paktika et de Khost, représentées sur la carte ci-dessous, sont particulièrement affectées. 

Le séisme a été ressenti jusque dans la capitale Kaboul, située à environ 200 km au nord de l'épicentre. Il l'a également été au Pakistan voisin, où une personne a été tuée et quelques maisons endommagées.

L'Afghanistan est fréquemment frappé par des séismes, en particulier dans la chaîne montagneuse de l'Hindou Kush, qui se trouve à la jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. Ces catastrophes peuvent être particulièrement destructrices en raison de la faible résistance des maisons afghanes rurales.

Quel est le bilan humain ?

"Les gens creusent tombe après tombe", a déclaré Mohammad Amin Huzaifa, un responsable de la province de Paktika. Dans sa seule province, le bilan "a atteint les 1 000 morts et ce chiffre augmente", a-t-il précisé. Selon lui, quelque 1 500 personnes ont aussi été blessées dans la région. "Nous étions en train de dormir quand nous avons entendu un grand bruit", a raconté Shahmira, une survivante.

"J'ai crié, j'ai pensé que ma famille était enfouie sous les décombres et que j'étais la seule" à avoir survécu.

Shahmira, victime du séisme

à l'AFP

Le gouvernement afghan craint que le bilan n'augmente encore. Une image publiée par les talibans montre des habitants creusant une longue tranchée de tombes pour enterrer les défunts. "Une grande partie de la région est montagneuse et les déplacements sont difficiles. Cela prendra du temps pour transporter les morts et les blessés", a expliqué Mohammad Abbas Akhund, le ministre des Catastrophes naturelles, dans un communiqué.

"Désormais, je suis seule, je n'ai plus personne", confie à l'AFP Bibi Hawa, en larmes sur son lit d'hôpital. Au moins une douzaine de membres de sa famille sont morts dans le tremblement de terre. Il s'agit d'ores et déjà du séisme le plus meurtrier qu'ait connu l'Afghanistan en plus de deux décennies. Le tremblement de terre le plus meurtrier de l'histoire récente de l'Afghanistan (5 000 morts) avait eu lieu en 1998 dans les provinces de Takhar et Badakhshan, dans nord-est du pays.

Quels sont les dégâts matériels ?

"Nous pensons que près de 2 000 maisons sont détruites", a estimé Ramiz Alakbarov, le coordinateur humanitaire pour l'Afghanistan. Selon lui, le nombre de déplacés pourrait être beaucoup plus important. Et le manque d'engins de déblaiement ralentit par ailleurs les opérations de secours. 

Une maison détruite dans la province de Khost, le 22 juin 2022. (Sardar Shafaq / Anadolu Agency / AFP)Une maison détruite dans la province de Khost, le 22 juin 2022. (Sardar Shafaq / Anadolu Agency / AFP)

"Il pleut aussi et toutes les maisons sont détruites. Il n'y a ni tentes, ni nourriture. Des gens sont encore piégés sous les décombres", décrit Mohammad Amin Huzaifa. "Compte tenu des pluies abondantes et du froid, inhabituels en cette saison, les abris d'urgence sont une priorité immédiate", alerte aussi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU.

Quelle est la réponse humanitaire ?

"Nous avons besoin d'une aide immédiate", réclame Mohammad Amin Huzaifa. Le Pakistan a commencé à envoyer de l'aide, notamment de la nourriture, des tentes et des couvertures. De son côté, l'ONU annonce que les organisations humanitaires partenaires ont lancé les préparatifs pour venir en aide aux familles touchées. La population a besoin d'abris mais aussi de soins d'urgence, d'aide alimentaire et non alimentaire et d'une assistance en services d'eau, hygiène et assainissement, d'après le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU.

La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge vont rediriger trois équipes de santé mobile pour répondre aux besoins. Des fournitures médicales supplémentaires sont en passe d'être mobilisées pour être envoyées depuis Kaboul. "4 000 couvertures, 800 tentes, 800 ustensiles de cuisine, 800 bâches, 1 500 bacs à linge et des centaines de matelas, d'oreillers, de couvertures et de l'aide alimentaire ont été envoyés dans 15 véhicules", détaille le Croissant-Rouge afghan sur Twitter. Par ailleurs, 450 tentes supplémentaires sont en cours d'envoi dans la région.

"L'Union européenne suit la situation (...) et se tient prête à coordonner et fournir une aide d'urgence", a annoncé Tomas Niklasson, envoyé spécial de l'UE en Afghanistan, sur Twitter. Les Etats-Unis, eux, se disent "profondément attristés" et examinent leurs "options de réponse". Limités en nombre et en capacité, les services de secours sont inadaptés en Afghanistan pour gérer seuls une telle catastrophe naturelle. L'aide internationale est par ailleurs difficile à mobiliser, car les ONG et les institutions internationales sont moins présentes depuis la prise du pouvoir par les talibans en août 2021.

Lire l'article