"Boire" de Miossec, enivrant depuis 25 ans

il y a 2 semaines 4

"Boire", opus fondateur de Miossec, fête ses 25 ans: drôle d'histoire que ce disque de la dernière chance pour son auteur, dont l'écriture à l'os a irrigué la chanson française.

"J'ai l'impression que quelque chose n'existait pas qui, aujourd'hui, est présent un peu partout", dit joliment à propos de l'influence de cet album Bertrand Dicale, journaliste spécialiste de la chanson française, dans le livret de la réédition de "Boire" livrée ce vendredi (Le Label/Pias).

Quand Miossec envoie sa K7 aux maisons de disques et à la presse, c'est "une bouteille à la mer", comme il se souvient pour l'AFP. L'homme, alors trentenaire, a largué tous ses boulots précédents - du désamiantage de bateaux au journalisme - et est revenu vivre chez ses parents.

"C'était le bout du rouleau, je n'avais plus d'appart', plus de voiture, juste mes instruments: si ça ne marchait pas dans la musique, un boulot pouvait m'attendre à Mayotte mais je n'avais même plus l'argent pour les billets... (rires)".

La K7 capte l'attention des Inrocks qui la placent dans leurs coups de coeur, alors que l'album n'est pas encore sorti. Pias, label belge indépendant, signe le Breton. "Pour moi, ce disque n'allait être qu'un feu de paille, un premier disque qui disparaîtrait dans la nature, mais au moins ç'aurait été fait", glisse aujourd'hui Miossec.

"Ne pas être consensuel"

Mais "Boire" marque les esprits. Musicalement, d'abord, puisque Miossec prouve qu'avec seulement des guitares sèches et pas de batterie, on peut quand même faire gronder le tonnerre. "L'idée était de ne pas sonner comme un groupe de rock français de plus, d'avoir une couleur particulière, de ne pas être consensuel", décortique le musicien.

"Et puis, c'est lié aux contraintes: dans ma chambre, chez mes parents, il n'y avait pas de place pour une batterie (rires)".

Le coup de génie du producteur Gilles Martin est de coller à la maquette d'origine, sans chercher à enrichir la texture musicale. "Si on avait signé chez une major, un gros label, jamais on aurait pu rester aussi +pauvre+ (rires), cette petite K7 a servi de maitre étalon en studio", s'amuse Miossec.

Les textes cinglent: "Je vous téléphone encore ivre mort au matin/Car aujourd'hui c'est la Saint-Valentin/Et je me remémore notre nuit très bien/ Comme un crabe déjà mort" ("Non, non, non, non, je ne suis plus saoul", chanson qui ouvre l'album).

"On a l'impression que les textes sortent du chapeau, mais non, c'était très laborieux (rires), depuis 1991 je les travaillais... une chanson, c'est dans le son, dans l'air, pas sur le papier, ça ne se lit pas", décrit l'auteur-compositeur-interprète.

"On était le bordel"

Miossec deviendra plus tard une des plumes les plus recherchées. Lui qui reprenait à sa façon - déglinguée - "La fille à qui je pense" de Johnny Hallyday, dans "Boire", finira d'ailleurs par écrire, entre autres, pour le rockeur préféré des français.

Salué par la critique, "Boire" envoie Miossec et ses musiciens sur les routes. L'artiste et ses comparses s'enferment dans leurs personnages fêtards-provocateurs et les concerts tournent parfois au chaos.

"On ne recherchait pas le bordel, on était le bordel (rires). On était une sacrée bande, on avait du niveau (rires), dans les festivals où on allait, il y avait plein de groupes sur-équipés, mais on leur faisait peur avec nos guitares et nos tambourins (rires)", dépeint Miossec.

Ironie de l'histoire, alors que le groupe de Miossec va longtemps "conjuguer le verbe boire à tous les temps (rires)", comme le chanteur en convient, il apprendra plus tard qu'il souffre d'une maladie orpheline et que l'alcool peut devenir "handicapant". Miossec est aujourd'hui sobre.

Mais assoiffé de scène: il part pour 42 concerts dans des salles modestes pour jouer "Boire", en entier, dans l'ordre des chansons, arrosé de "Falaises !", mini-album réalisé avec sa compagne Mirabelle Gilis pendant le confinement (Columbia/Sony Music, qui sort également vendredi).

16/09/2020 09:53:47 -          Paris (AFP) -          © 2020 AFP

Lire l'article