Nicolas Bedos confronté à "un double deuil" : confidences sur cette période très difficile

il y a 1 mois 87

Depuis sa Normandie natale, elle aspirait à une vie bien plus palpitante. Lassée du beurre, du cidre et des vaches, s'installer à Paris a changé sa vie... Se sentir plus proche et connectée de toutes ses stars préférées que presque personne, dans sa Normandie, ne connaît… À part Amandine Petit bien sûr, Miss Normandie et Miss France !

En l'espace de quelques jours, Nicolas Bedos a perdu deux hommes autant il tenait énormément : son papa, Guy Bedos, et son parrain Jean-Loup Dabadie. L'acteur et réalisateur revient sur cette période extrêment difficile, et récente, de sa vie et comment il a apprivoisé le départ de ces deux être tant aimés.

Le monde de Nicolas Bedos s'est en partie écroulé en mai 2020. En l'espace de quatre jours, le cinéaste de 42 ans a perdu deux hommes qui tenaient une place prépondérante dans sa vie d'homme mais également dans sa vie d'artiste.

Le 20 mai 2020, c'est son papa Guy Bedos qui s'est éteint à l'âge de 85 ans, alors qu'il souffrait depuis plusieurs années de la maladie d'Alzheimer. Nicolas Bedos l'a aidé à partir dans la dignité. Le 24 mai de la même année, c'est son parrain Jean-Loup Dabadie qui est parti à l'âge de 81 ans. Président du jury de la 3e édition du Festival Cinéroman qui se déroule jusqu'à aujourd'hui à Nice, Nicolas Bedos a été heureux de pouvoir saluer la mémoire et l'oeuvre de celui qu'il considérait comme son "deuxième père artistique" lors de cet évènement vécu avec sa compagne, Pauline Desmonts. Deux des films de Jean-Loup Labadie ont été projetés à la Cinémathèque de Nice vendredi 22 octobre 2021, Vincent, François, Paul... et les autres et puis Les Choses de la vie. Deux oeuvres réalisées par Claude Sautet et scénarisées par Jean-Loup Dabadie.

Au cours d'une interview accordée à Nice-Matin, réalisée lors de cette troisième journée du Festival Cinéroman - qui met à l'honneur les films adaptés de romans - Nicolas Bedos s'est confié sur la mort de son parrain qui a précédé de celle de son père. "J'ai eu une double deuil puisque Jean-Loup et mon père sont morts à trois jours d'intervalle. Je l'ai vécu de manière très masochiste. J'ai énormément regardé de vidéos, etc...", explique celui qui a passé quatre mois sur la Côte d'Azur pour le tournage de son prochain film Mascarade, dont la sortie est annoncée pour le 2 novembre 2022. Cette démarche "masochiste" avait un but : "Je voulais expliquer à ma compagne qui étaient vraiment ces gens. J'avais besoin qu'elle comprenne pourquoi je chialais. Elle connaissait la plupart des chansons écrites par Jean-Loup, sans forcément savoir qu'elles étaient de lui." C'est soutenu par sa compagne, Pauline, qu'il avait assisté à la messe en hommage son parrain, leur première apparition ensemble. Elle avait été célébrée en l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris, en septembre 2020. C'est dans cette même église dite "des artistes" que s'était déroulé l'hommage à Guy Bedos le 4 juin de la même année.

Au cours de cet entretien, Nicolas Bedos s'est également souvenu d'un tendre souvenir, lorsque son parrain venait dans la maison familiale en Corse. "Il s'enfermait toute l'après-midi pour écrire, ça m'intriguait. Je faisais partie de ces enfants très curieux, je voulais comment ça marchait", a-t-il partagé. Cette passion de l'écriture lui vient sans aucun doute de là...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook

Lire l'article