Livres Critique littéraire

L’écrivaine signe un recueil de dix nouvelles qui dessinent un univers hyperfuturiste et malicieux – une drôle d’expérience.

Article réservé aux abonnés

Globules blancs. Globules blancs.

« Plasmas », de Céline Minard, Rivages, 158 p., 18 €, numérique 13 €.

Voici que reviennent nos lectures de jeune collégien, quand encore enfant nous aimions Aldous Huxley, un certain art anglais de la science-fiction, mais aussi l’anticipation à la Ray Bradbury, le charme déjà désuet de ses Chroniques martiennes, son Fahrenheit 451 avant que n’y surgisse Julie Christie, comme un coup de foudre de cinéma, dans un film de François Truffaut… Pourquoi de tels souvenirs, soudain ? C’est que, en découvrant Plasmas, le nouveau livre de Céline Minard, on retrouve comme à l’envers cette impression d’enfance : les livres d’autrefois nous parlaient d’aujourd’hui, celui qu’on lit désormais ressemble au rêve d’un monde ancien, perçu depuis le promontoire incertain d’un univers hyperfuturiste, peuplé d’êtres et de mots étranges : « groomes », « plasmode myxomycète », « diptérocarapaces », « Uiush », « Arrecifs », etc.

Lire la critique du roman (2019) : Article réservé à nos abonnés « Bacchantes », le bon millésime de Céline Minard

Plasmas, ce sont dix nouvelles dont l’archipel, vaguement inquiétant, formidablement stylisé, forme une unique planète littéraire, à moins que ce ne soit une constellation de matières jusqu’ici non répertoriées, composant un inédit inconnu. Le principe, en tout cas, en semble dicté par l’impressionnante première séquence, « En l’air », où Céline Minard propose des figures empruntées à la mémoire du cirque, dans un espace en suspension, comme au-delà de l’humain. Trapézistes virevoltant au-dessus de « Bjorgs » mystérieux, Galvan, Rodric et Lena ne sont plus exactement des personnages, et l’écriture ne cessera d’interroger ce type d’identités neuves, où se frottent songes archaïques et chimères lexicales, dans une sorte de cyber- « Piste aux étoiles »… Ses paragraphes s’ouvrent volontiers sur un pronom – il, elle, elles… – dont la suite ne donne pas forcément l’identité sûre, mais qui constitue comme une clé musicale, fixant une tonalité d’incertitude, troublée par une sorte d’aplomb (pseudo-)scientifique, discrètement malicieux.

Lire aussi (2016) : Article réservé à nos abonnés « Le Grand Jeu », de Céline Minard : Robinson high-tech

Une humanité perdue

C’est là le charme un peu sec de cette drôle d’expérience : nous ne savons pas exactement où nous sommes, dans cet imaginaire extraterrestre, cet outre-monde onirique où trois « boules à neige », par exemple, sont comme le rosebud poétique d’une humanité perdue, à retrouver. Roman-manifeste ? Variations écologistes déguisées en récit futuriste ? Rien de trop démonstratif ne saurait réduire ce livre si singulier, qui réussit à susciter la simple nostalgie à travers l’extrême sophistication de son dispositif : qui sait nous faire partager, dans une séquence magnifique, quasi nabokovienne, le bonheur évanoui d’un vol de papillons… « Ils étaient des dizaines. Le monde s’élargissait. Par quel trou soudain s’était-il mis soudain à fuir ? » Quelque chose de l’enfance est resté dans cette question.

Il vous reste 31.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.