Prince Philip : ses funérailles samedi prochain, avec Harry mais sans Meghan

il y a 1 mois 51

Les funérailles du Prince Philip, disparu vendredi 9 avril 2021, auront lieu samedi 17 avril, à 15h heures locales (14 heures GMT), au château de Windsor, où s'est éteint l'époux d'Elizabeth II, a annoncé le palais de Buckingham. La cérémonie privée, au sein de la chapelle St George à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Londres, sera retransmise à la télévision. Petit-fils du prince consort, le prince Harry s'envolera de la Califonie, où il vit désormais, pour assister aux obsèques de son grand-père. En revanche, son épouse Meghan Markle, enceinte de leur second enfant, ne sera pas présente. Son médecin lui a conseillé de ne pas se rendre aux funérailles, a déclaré un porte-parole du palais à l'Agence France-Presse.

Au début de la cérémonie, une minute de silence sera observée dans tout le pays. Seules 30 personnes, sans doute les quatre enfants du Prince Philip (Charles, Anne, Andrew et Edward), ses petits-enfants et d'autres proches - seront présentes, en vertu des règles liées à la pandémie de coronavirus. La population est invitée à observer une minute de silence à 14h00 GMT (15 heures de Londres), au début de la cérémonie. Celle-ci se tient quatre jours seulement avant l'anniversaire de la reine, qui fêtera ses 95 ans le 21 avril, et qui celui qu'elle avait épousé en 1947, il y a 73 ans.

À LIRE AUSSI« Un familier de notre pays » : Emmanuel Macron rend hommage au prince Philip

Prince Philip représentait la stabilité et le plaisir

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, le prince Philip s'est fait remarquer pour ses propos provocateurs parfois teintés de racisme ou de sexisme. Pour autant, les Britanniques retiennent aussi son inlassable dévouement à une monarchie qu'il a contribué à moderniser et humaniser, et sa présence, en retrait mais sans faille, aux côtés de la souveraine. « Il représentait la stabilité mais aussi le plaisir, le sens de l'humour, que nous donnons parfois l'impression d'avoir perdu », a confié Heather Bridge, 65 ans, à l'AFP près de la Tour de Londres. Elizabeth II doit désormais affronter seule les crises qui ébranlent la famille royale britannique, telle que les récentes critiques de son petit-fils Harry et de Meghan envers La Firme, surnom de la monarchie, accusée de racisme et de manque de soutien pour sa femme.

Lire l'article