PSG-OM: Neymar, Kurzawa, Di Maria, Alvaro... Qui risque quoi en commission de discipline

il y a 2 semaines 6

Après la distribution des cartons, la distribution des suspensions. Alors que le bouillant PSG-OM de dimanche soir (0-1), marqué par plusieurs incidents et accusations graves, s'est terminé sur une échauffourée générale, et sur cinq expulsions, la commission de discipline de la LFP va étudier ce mercredi soir les cas des différents fauteurs de troubles pour déterminer les sanctions appropriées, en se basant théoriquement sur le barème disciplinaire de la FFF utilisé comme référence pour la L1. Sanctions qui varieront évidemment selon les faits reprochés.

Layvin Kurzawa et Jordan Amavi: jusqu'à sept matchs

Comme expliqué par RMC Sport dès lundi, pour le Parisien Layvin Kurzawa et le Marseillais Jordan Amavi, qui se sont échangé des coups lors de la fameuse échauffourée, les qualificatifs de comportements violents et actes de brutalité ont été retenus. Des actes de brutalité ayant été commis hors action de jeu, ce qui risque de leur coûter cher: selon le barème de la FFF, une suspension de 7 matchs peut ainsi être appliquée.

Reste à savoir si les deux latéraux seront cuisinés sur la même sauce, puisque sur les images du diffuseur, il semble tout de même qu'Amavi soit d'abord venu pour séparer les belligérants, avant de prendre un premier coup au visage de la part de Kurzawa. Puis de rétorquer.

Neymar: entre un et sept matchs (probablement entre les deux)

Comme Layvin Kurzawa et Jordan Amavi, Neymar a également reçu un rouge direct, après une claque derrière la tête d'Alvaro Gonzalez, repérée par le VAR. Il devrait prendre moins "cher" que Kurzawa, mais tout dépendra du qualificatif exact de son dérapage, pouvant éventuellement aller d'un "comportement excessif" (1 match, mais très peu probable) à un acte de brutalité (7 matchs, mais peu probable aussi).

La commission pourrait aussi tenir compte du fait que le Brésilien avait déjà écopé d'un carton jaune en début de rencontre, et qu'il s'est plusieurs fois illustré pour des provocations et insultes. Un comportement injurieux envers un joueur adverse est ainsi sanctionnable de 3 matchs de suspension. Bref, son cas est très particulier, surtout qu'il peut être lié aux accusations de racisme à l'encontre d'Alvaro Gonzalez (voir plus loin).

Leandro Paredes: entre 1 et 3 matchs?

Pour Leandro Paredes, la sanction est également difficile à prévoir. D'un côté, l'Argentin n'a reçu "que" deux jaunes, d'abord pour une faute grossière sur Payet dès son entrée en jeu, puis pour une bousculade sur Benedetto, de l'autre il a directement déclenché l'altercation de la 90e. On peut donc imaginer pour lui une suspension allant d'un seul match, à deux ou trois.

Dario Benedetto: probablement un seul match

Parmi tous les expulsés, il sera sans doute le plus épargné. Dario Benedetto a reçu un premier carton jaune à la 71e pour avoir dégagé le ballon après un hors-jeu - un acte d'antijeu donc - puis un deuxième à la 90e, a priori pour la même raison. Difficile dès lors d'imaginer l'attaquant argentin prendre plus d'un match de suspension.

Angel Di Maria: six matchs

Lui a terminé la rencontre, mais il risque tout de même d'être inquiété par la commission pour... un crachat. Comme l'a dénoncé Alvaro Gonzalez durant la partie, et comme l'ont montré mardi des images de Téléfoot, Angel Di Maria a semble-t-il craché en direction de l'Espagnol, alors qu'il se trouvait à deux mètres de lui. Que le Marseillais ait vraiment été atteint ou non pourrait ne pas changer grand-chose. Ici, le barème est clair: le crachat d'un joueur vers un autre joueur en pleine rencontre est passible de 6 matchs de suspension.

Alvaro Gonzalez: dix matchs

C'est la polémique principale du Classique. Selon Neymar, Alvaro Gonzalez aurait tenu à son encontre des insultes racistes durant la rencontre. A l'heure actuelle, aucune image du diffuseur français ne permet de confirmer ces accusations, et les Marseillais, très prudents dans un premier temps, ont fermement défendu leur joueur en début de semaine. Mais le PSG tenterait de monter un dossier avec des experts en lecture labiale et des images de beIN Sports MENA, diffuseur au Moyen-Orient. Si la commission est convaincue, et si les preuves sont irréfutables, Alvaro risque 10 matchs de suspension. Sinon, l'affaire sera classée.

Lire l'article