Sheila se penche sans nostalgie sur son passé yéyé, rock et disco, avec l'album "Venue d'ailleurs"

il y a 1 mois 1744

Sheila sort un nouvel album intitulé Venue d'ailleurs, pour "boucler la boucle", et refléter la diversité de sa longue carrière.

C'est un album un peu forme de flash-back, que sort Sheila. Comme un regard porté à la longue carrière de l'ex-vedette des yéyé, la "petite fille de Français moyens", passée par les paillettes du disco, le rock ou la pop. L'album, intitulé Venue d'ailleurs, est sorti ce vendredi, près de dix ans après son dernier disque, Solide. "Cet album c'est l'histoire d'une gamine de 16 ans, qui a fait plein de choses", livre-t-elle.

"J'avais très envie de boucler la boucle et de retravailler avec tous les gens avec qui j'ai travaillé tout au long de cette carrière, et de faire des clins d'œil".

Les yéyés c'était "l'insouciance, l'amateurisme, la joie de vivre"

Elle a ainsi retrouvé Nile Rodgers, coauteur de l'immarcescible Spacer, en 1979, qui signe sur cet album le très disco Law of Attraction. "On est peu à avoir changé de style autant de fois, à avoir des collaborations musicales aussi importantes avec les étrangers" note la chanteuse. Ce n'est pas la nostalgie, qui pousse la chanteuse à explorer ainsi avec les auteurs de son répertoire, sa carrière, mais l'envie. L'envie de retrouver le plaisir de travailler avec eux. "Ce sont mes amis, des gens qui comptent pour moi", s'enthousiasme Sheila.

C'est aussi une façon de "faire un point" de son histoire et de "retracer tous les styles de musique" qu'elle a explorés en soixante ans. "Je crois qu'il n'y en a pas beaucoup qui ont fait autant de virages que moi", sourit-elle.

Véritable machine à remonter le temps, l'album passe par les yéyés - "l'insouciance, l'amateurisme, la joie de vivre", avec Tous yéyés. Elle en profite pour se retourner sur ces années et évoquer ses débuts. La jeune Annie Chancel ne connaissait personne dans la musique, et faisait les marchés.

"Nile Rodgers, c'est mon âme-soeur"

"Mais j'étais une démerdarde. J'avais 13 ans, j'ai fait de la danse, du trapèze, et j'avais très envie de chanter. C'était l'époque des groupes, et tout cela se passait à l'endroit où je faisais les marchés avec mes parents, donc l'après-midi, j'allais fouiner. Un jour j'ai rencontré un groupe et je leur ai dit 'voilà, je suis chanteuse, je cherche des musiciens et c'est comme ça que ça a démarré. J'ai passé une audition, et puis 8 jours après, ils ont passé un contrat avec mes parents et en quinze jours, j'ai fait un disque".

Elle ressuscite aussi la Sheila disco. Avoir retrouvé Nile Rodgers pour le titre Law of Attraction, est pour elle "un grand kif", d'autant qu'il "n'écrit plus pour personne". "Le fait qu'il m'ait réécrit une chanson, qui raconte notre histoire, je suis tellement fière. Parce que c'est un des plus grands, parce que c'est mon âme-sœur. On a une relation qui est très forte."

Sheila rend enfin hommage dans une chanson à Ludovic, son fils disparu en 2017, Cheval d'amble. Ca fait trois ans et demi que tout le monde déblatère, se nourrit de la vie de Ludo. Je veux qu'il soit dans la lumière. Je ne pouvais pas faire un album sans évoquer ce sujet-là. Je veux juste qu'on le laisse tranquille, qu'on le laisse là-haut.", martèle la chanteuse. "C'était quelqu'un de magnifique, mais il n'a pas pris la bonne route. Et je pense qu'il a été mal entouré." Cette chanson, elle l'a "enregistrée en plusieurs fois, parce que c'était compliqué". "Ce sera aussi compliqué de la chanter sur scène".

Philippe Dufreigne avec Magali Rangin

Lire l'article