Sondage LR sur la présidentielle : avantage Xavier Bertrand, Valérie Pécresse en embuscade

il y a 1 mois 45

C’est un sondage qui devait avoir pour vocation d’aider le parti Les Républicains dans son long et douloureux processus de choix de son candidat à la présidentielle de 2022. Au total, 15 242 sympathisants (classés de « centre droit » à « très à droite ») ont été interrogés dans cette enquête Ifop lancée le 30 août à la demande de LR, afin de donner leur avis sur les cinq champions potentiels pour l’élection suprême : Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse.

À la tête du parti que dirige Christian Jacob, on rêve depuis le début de voir se dégager un candidat dit « naturel », qui « écraserait le match » et s’imposerait de fait aux autres. D’après l’enquête, que Le Parisien - Aujourd’hui en France a pu consulter en avant-première, s’il apparaît difficile d’affirmer qu’il « écrase » totalement le match, le président (ex-LR) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, se détache pourtant de ses concurrents.

Le mieux placé pour accéder au second tour

Sur les « traits d’images » testés (« capable de bien représenter la France à l’étranger », « gérer une crise », « rassembler la droite et le centre », « proche des préoccupations des Français », etc.), le Nordiste est quasiment systématiquement devant Valérie Pécresse ou Michel Barnier, même si ce n’est que de quelques points, quand ce sont les « Français de droite » ou les sympathisants LR qui sont interrogés.

Quand ils sont interrogés sur quel candidat est le « mieux placé pour accéder au second tour de la présidentielle de 2022 », les sondés placent encore Xavier Bertrand en tête (71 %), à distance de Valérie Pécresse (58 %), puis de Michel Barnier (37 %). Éric Ciotti (20 %) et Philippe Juvin (13 %) ferment la marche. Des chiffres qu’il faut observer avec une précaution : il est possible aussi que les sondés se basent sur les sondages existants, sur le premier tour de la présidentielle, qui donnent ce même classement (Xavier Bertrand légèrement devant Valérie Pécresse, etc.).

Ils sont en tout cas sensiblement les mêmes quand est posée la question « qui pour battre Emmanuel Macron » ou « Marine Le Pen » au second tour virtuel d’une présidentielle. Enfin, interrogés sur les thèmes qu’ils ont placés comme prioritaires pour la présidentielle (sécurité et lutte contre le terrorisme, santé, immigration clandestine, lutte contre la délinquance), c’est encore l’ancien ministre de la Santé qui est jugé le plus fiable, devant, cette fois-ci, Valérie Pécresse et le droitier Éric Ciotti au coude à coude.

L’ex-négociateur du Brexit Michel Barnier confirme sa position de troisième homme dans cette course à la candidature. Il bénéficie de très bons traits d’image, qui le placent même parfois devant Valérie Pécresse. Mais sa notoriété est moindre que celle du duo de tête, et seulement un gros tiers des sondés l’imaginent qualifié au second tour de la présidentielle, et vainqueur face à Macron ou Le Pen.

Un congrès sans primaire ?

Le panel de sondés a aussi été interrogé sur la meilleure manière de désigner le candidat de la droite pour la présidentielle : il en ressort que la méthode de la primaire ne reçoit qu’un 50 % d’avis favorables, contre environ 60 % pour une situation où le parti LR réunit en congrès choisirait un candidat sans primaire.

Et maintenant ? Les Républicains se réunissent en congrès ce samedi et les militants devront déjà trancher sur cette dernière question : primaire ou pas primaire. Un autre congrès est d’ores et déjà prévu le 4 décembre pour valider le soutien à un seul et unique candidat, quel que soit son moyen de désignation. D’ici là, la droite n’a pas fini de se faire des nœuds au cerveau.

Lire l'article