Tour de France: Virenque s'amuse du tracé taillé pour Pinot (et glisse quelques tacles)

il y a 2 semaines 5

D'années en années, il y a de moins en moins de contre-la-montre sur le Tour de France. Pour cette saison 2020, l'organisateur Amaury Sport (ASO) a annoncé "seulement" 36 km de l'exercice qui seront parcourus à la veille de l'étape de Champs Elysées. Ce qui fait sourire Richard Virenque, qui y voit un parcours taillés pour aider Thibaut Pinot, le leader de la Groupama-FDj, a gagner. Les choses ne se finalement pas déroulé comme prévu puisque le Franc-Comtois, victime d'une chute lors de la première étape, a rapidement fait une croix sur ses ambitions au classement général.

"Aujourd’hui, on cherche à ce qu’un Français gagne"

"Même le chrono de la veille de l’arrivée à Paris a lieu dans son jardin (le tracé passe par Mélisey, village de Pinot), a-t-il commenté à La Voix du Nord. Il doit avoir des relations que je n’ai jamais eues à mon époque! (rires) Entre 1992 et 2000, j’avais quand même montré que je pouvais gagner le Tour, mais à l’époque, on me mettait des chronos de 70 km tout plat et je me prenais les rafales d’Indurain, Ullrich, puis Armstrong."

"Je le dis en plaisantant, mais c’est vrai qu’aujourd’hui, on cherche à ce qu’un Français gagne, ce n’était pas forcément le cas lorsque je roulais. Ou alors on ne voulait pas que cela soit moi!" Sur le Tour de France 1997 par exemple, que Richard Virenque a terminé 2e à 9 minutes de Jan Ullrich, il y avait eu prologue de 7km et deux contre-la-montre de 55km et 63km. 

Virenque en veut à Eurosport et aux sponsors du Tour

Par ailleurs, l'ancien leader de la Festina, vainqueur de sept maillots à pois, a donné de ses nouvelles et a adressé quelques regrets à certains de ses employeurs comme Eurosport qui ne lui propose plus de commenter, lui préférant Steve Chainel et Jacky Durand comme consultants. "J’ai fait de la télé pendant treize ans avec Eurosport, ça se passait plutôt bien, et pourtant, on m’a mis de côté. Pour l’instant, on me laisse au placard", regrette-t-il.

De la même manière, il se sent écarté par les sponsors du Tour. "J’ai l’impression qu’on m’a bien savonné la planche et que je suis désormais blacklisté sur le village du Tour", avoue-t-il, avouant qu'il continue en revanche de travailler pour le sponsor de son ancienne équipe. "J’ai la chance de toujours travailler pour Festina... Eh oui, il y en a qui ne m’ont jamais lâché!" En 1998, l'équipe s'était retiré sous la pression des accusations de dopage, créant un tapage médiatique hors du commun. 

Lire l'article