Vers un confinement dans le Dunkerquois? Les maires partagés sur la question

il y a 3 jours 25

De nouvelles mesures sanitaires seront actées prochainement, ont convenu le maire de Dunkerque et Jean Castex, pour endiguer la flambée épidémique. Les contours de ces mesures font ce mardi l'objet d'une discussion entre les maires de la communauté urbaine.

"C'est un record dont on se serait bien passé", reconnaît Bertrand Ringot, maire de Gravelines, commune située près de Dunkerque. Voilà plusieurs jours que le taux d'incidence du Covid-19 grimpe en flèche dans la communauté urbaine. Il s'établit ce mardi à 901/100.000 habitants, contre 653 il y a une semaine. Un seuil inégalé sur le territoire français. Conséquence, les capacités de l'hôpital local sont saturées. Plus de 50 patients ont été transférés vers d'autres établissements depuis le 1er février.

Pour endiguer la diffusion de l'épidémie, Jean Castex a convenu ce mardi avec le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, que de nouvelles mesures devaient être prises. Selon nos informations, Olivier Véran a prévu de se rendre sur place mercredi.

L'option du confinement local sera-t-elle privilégiée, comme dans les Alpes-Maritimes? Les maires de la communauté urbaine de Dunkerque, dont les avis divergent sur la question, doivent se réunir dans la matinée pour trouver un terrain d'entente.

"Il faut des mesures spécifiques"

Si Patrice Vergriete ne s'est jusqu'ici pas positionné, Martial Beyaert, maire de Grande-Synthe, s'est dit favorable à "un confinement territorial ici sur le Dunkerquois". "Il faut des mesures spécifiques", a-t-il ajouté sur BFMTV. Selon l'élu, cela implique également un renforcement des capacités vaccinales.

Au regard de la flambée épidémique, Martial Beyaert appelait déjà il y a une dizaine de jours à imposer "des spécificités territoriales". De même pour Patrice Vergriete. Tout deux militaient notamment en faveur d'une fermeture des écoles une semaine avant les vacances scolaires.

"Le Premier ministre s’est rendu sur Nice, s’est rendu à Metz, a rappelé le maire de Grande-Synthe. À Dunkerque, on a eu le sentiment de ne pas être entendus dans un premier temps et quelque peu abandonnés".

Nice, "c'est une métropole"

Bertrand Ringot, maire de Gravelines, partage l'inquiétude de son homologue. Mais l'intéressé s'est dit défavorable à l'idée d'un confinement.

"Je pense qu'on a des grands espaces, qu'on n'est pas tout à fait dans la même situation qu'à Nice. C'est une métropole", a-t-il fait valoir ce mardi matin sur BFMTV.

"Nous sommes un secteur de 250.000 habitants, a-t-il ajouté. On a déjà le couvre-feu. Il faut éviter les rassemblements. Il faut peut-être qu'il y ait encore davantage de contrôles, peut-être encore d'autres mesures."

Car le virus se propage "malgré les efforts du territoire" et les multiples campagnes de tests déployées localement ces derniers jours. "Quasiment 1/5e" de la population de Gravelines a été dépistée, a-t-il notamment indiqué, avant d'appeler, lui aussi, à accélérer la cadence de la vaccination.

Selon nos informations, le Premier ministre a demandé "à ce que le travail de concertation locale des élus et des autorités publiques du territoire permette de définir la réponse la mieux adaptée à cette situation". Un travail qui se fera "en lien étroit" avec le ministre de la Santé.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions

Lire l'article